Adriaen_van_Ostade_006.jpg

Une pratique régulière et professionnelle de la peinture à l’huile nous a amenés à imaginer un autre système, tout aussi simple et beaucoup plus pratique.
Il s’agit d’un «T» à tête mobile et amovible qui permet quasiment toutes les positions et que nous utilisons à présent dans notre pratique personnelle. Ce système permet en outre – et ce n’est pas négligeable – de libérer les deux mains, de peindre dans le frais sur toute la toile et de servir de guide pour peindre des lignes droites. Comme la tête du « T » est posée sur le rebord du châssis,  l’ensemble est d’une remarquable stabilité, mais aussi d’une grande mobilité en glissant le long du rebord du châssis.
Enfin, des trous percés sur le corps principal permettent démonter ou descendre la tête verticalement pour accéder à toutes sortes de dimensions. En bas, le corps du « T » reposant sur le rebord du chevalet ne touche jamais la toile. Plus haut, il reposera sur le bord du châssis, à droite comme à gauche et laissera toujours la toile intacte. Nous proposons différentes longueurs de corps pour permettre de travailler des petits aux grands formats de tableaux.
A l’usage, cet outil est d’une remarquable efficacité et devient vite indispensable, tant pour son ingéniosité que pour sa simplicité.

Pour tout renseignement vous pouvez contacter Atelier d'Artistes au 06.21.32.92.39 et par internet www.atelierdartistes.fr/contact.php

Nous avons déposé le brevet de cette invention et nous recherchons des fabricants pour produire à moyenne echelle ces appuis-main, nous recherchons aussi des distributeurs

« Dans la peinture occidentale, l’appuie main est un outil de peintre constitué d’une baguette de bois plus ou moins longue terminée par une boule de tissus ou de cuir qui, posée sur le support (bois ou toile), permet d’appuyer la main pour peindre les détails ».

Ce système est très pratique faute de mieux mais à l’usage il révèle quelques défauts vite déplaisants pour les peintres professionnels.
Outre que la surface utilisée pour poser la boule doit être bien sèche, elle doit être rigide, donc en bois. Avec la toile, on obtient vite un creux non négligeable, Si on veut éviter de creuser la toile, il faut ne pas appuyer, ni s’appuyer, ce qui est très fatiguant à la longue. Et pour travailler dans le frais, si l’on couvre rapidement toute la toile comme le peintre peut faire dans les pratiques modernes, on ne peut plus poser la boule sur le tableau, donc plus de possibilités de travailler dans les détails. Par ailleurs cet appuie-main doit être en permanence tenu par le peintre, ce qui lui bloque une main.

Adriaen_van_Ostade_006.jpg